A LA UNE, CRITIQUES, DIVERS, FESTIVALS

[PARIS CINEMA] Jours 10&11 – Paliers de la Culpablités

Les Films de Nox

Свежая информация boutique hotel sihanoukville тут.

L’Enfer des Armes de Tsui Hark [Hong Kong à l'honneur]

- nous parlerons ici de la version director’s cut, à savoir celle n’ayant pas connu les préjudices de la censure, malheureusement les extraits complétant la version d’origine venait d’une vieille VHS, seule source restante de ces petits bouts du saint graal. Autant vous le dire, l’expérience fut assez perturbante pour une première vision. -

D’ailleurs commençons par parler de cette version, simplement même, avec du recul une seule question nous est venus, comment le film pouvait-il être complet sans ces bribes?! Les scènes additionnelles, ponctuants à de nombreuses reprises et pendant la totalité du film, il nous est compliqué de l’imaginer sans ces dernières. En revanche il nous est simple de comprendre pourquoi elles ont été retirées, la totalité remettant en question la société et beaucoup brisant l’image politiquement correct et l’intégrité d’une génération ou de branches du gouvernement comme la police. Reste que L’Enfer des Armes est avant tout un polar noir à l’extrême, aucun sens n’est voué à la vie des personnages, tous n’ont pour guide que la mort, la violence ou l’auto-destruction. L’image que les personnages peuvent dégager en est totalement brisés, Tsui Hark semble ne jamais tenir d’importance sur un personnage, aucun ne peut porter le titre de personnage principal tellement le réalisateur n’a que faire de ce qui va leur arriver. L’image des américains complète cette impression, les rangers, la moustache, les lunettes de soleil, l’accent improbable, tout ce que l’on pourrait retrouver dans tout bon nanar si bien que l’on pourrait même s’attendre à retrouver un petit Norris, mais pourtant c’est bien ici un élément primordial du récit, doté d’un sens bien particulier, car c’est un message que Tsui Hark fait passer, un message de haine, rien n’a sa place dans un monde ne pensant qu’à s’auto-détruire. Loin de l’anti-américanisme bâtard, cette haine est dirigé vers la population mondiale et une génération consumé par la folie. La composition du récit prenant ainsi une folie imaginatrice et éveillé d’une force incomparable, car si tout est proprement physique, que le sang est sur la plume rédigeant le scénario, c’est de loin dans la tête que le plus dur se passe.

Critique complète à venir prochainement.

Titre Français : L’Enfer des Armes
Titre Original : Di yi lei xing wei xian (第一类型危险)
Réalisation : Tsui Hark
Acteurs Principaux : Lieh Lo, Lyn Chen Chi, Albert Au
Durée du film : 01h35min
Scénario : Tai-Muk Lau et Cheung Tan
Musique : Richard Yuen
Photographie : David Chung
Date de Sortie Française : 1980

Les Films de MrLichi

In the Mood for Love de Wong Kar-wai [Hong Kong à l'honneur]

Avis à venir…

Love unto Waste de Stanley Kwan [Hong Kong à l'honneur]

Avis à venir…

Long Arm of the Law de Johnny Mak [Hong Kong à l'honneur]

Avis à venir…

Incoming search terms:

  • in the mood for love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf + 9 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>