CRITIQUES

[CRITIQUE] Le Sang des Templiers

Ces temps-ci, beaucoup de réalisateurs aiment s’attaquer aux péplums, mais histoire de changer un peu, pourquoi ne pas de nouveau s’attaquer aux Templiers? Comme dans un certain film que je ne citerai plus…  Jonathan English se penche donc sur ces combattants, guerriers pour la plupart plus ou moins voués à leurs foi sans une quelconque once de réticence.
Mais alors que la thématique du film est entièrement ouverte vers la critique ou le fanatisme et que le titre incite à aller d’autant plus vers ces chemins, Jonathan English se propose une autre vision, une vision plus originale, narrer une bataille quelconque, sans aucune prétention. viagra

Le roi Jean d’Angleterre, plus connu sous le nom de « Jean Sans Terres », doit au XIIIème siècle signer par la force la Magna Carta. De ce fait, il doit respecter les habitants de ses fiefs, le peuple d’Angleterre. Mais Jean ne respecte pas cela, il préfère reprendre les rennes de son pays, l’assouvir et le contrôler.
Pour cela il lui faut contrôler le point névralgique du Sud de l’Angleterre: Le château de Rochester. Les fondateurs de la Magna Carta, au courant de ce fait, se pressent de s’y rendre avec à leur tête le baron Albany vers le fameux château pour en prendre possession. Ce groupe de résistants est composé d’un templier et de divers mercenaires. Dés que le roi déchu est mis au courant, c’est une véritable bataille qui en découlera.

Déjà il y a deux gros points noirs qui parasitent totalement le film : l’amourette à la con, surtout le coté féminin, qui joue presque le rôle d’une harpie fondant sans répit sur sa proie et bien sur….la magnifique choucroute de Jean! Qui finalement… lui sied à merveille… Le problème, est que le premier point brise totalement ce qui aurait pu faire un atout du film: son dynamisme. Et pour rendre le tout encore un peu plus indigeste, le film se finit sur une morale à coucher dehors, déjà que le tout ne vole pas très haut.
Après… Ne parlons pas des erreurs historiques… des danois qui se transforment en pictes, why not?

Coté acteurs, on a le droit à tout, acteurs connus comme inconnus, d’autres ont carrément reçus de sacrés promotions, comme Mackenzie Crook qui passe d’un petit pirate à un archer hors-pair
Mais le souci est que les dialogues sont minimalistes à l’extrême. Et ça l’est tellement que ça en est marrant quand ils se lancent dans une apologie couplant le monologue.

Mais notre templier! Quel templier! James Purefoy ressemble à un véritable gorille, les rôles de personnages cyniques comme Marc-Antoine dans la très bonne série ROME lui vont mieux que les rôles sérieux.
Sa demoiselle Kate Mara, comme je le disais, tient plus de la harpie qu’autre chose. Outre son coté inexpressif et figuratif à l’extrême elle a le talent d’annihiler tout ce qu’il y a de bon…

Les effets spéciaux sont de la même qualité que ceux d’une série B, à savoir passables et sans plus, même si certains effets frisent le ridicule. Mais ce qui pêche, c’est que dans un sens, on ne ressent pas vraiment l’ambiance, l’âme des chevaliers du Moyen-Age, cela aurait pu aussi bien être un film de guerre moderne, il suffit de changer les costumes et les armes, l’esprit qui donne à un film cette patte unique qu’est le film de chevaliers est clairement absent.

La simple utilisation de couleurs ternes ne suffit pas à faire une épopée moyenâgeuse et Jonathan English l’apprend à ses dépends, Le Sang des Templiers manque cruellement de puissance. Mais malgré tout ses défauts, Le Sang des Templiers reste assez marrant à regarder, sans se placer comme une référence.
Car le film ne cherche pas à tendre vers la croisade sérieuse, critiquant les croisades chrétiennes, Jonathan English laisse ça pour un autre, lui ne cherche qu’à se défouler un petit instant en mettant en scène Jean Sans Terre face à ses opposants loin de représenter le meilleur de la population qui le veut au fer.

Après la performance du film, Le Dernier des Templiers et celui-ci, on ne peut que se dire que les templiers sont tout bonnement maudits par les films récents… Un jour peut être un récit digne de ce nom leur sera accordé.

 

 
Titre Français : Le Sang des Templiers
Titre Original : Ironclad
Réalisation : Jonathan English
Acteurs Principaux : James Purefoy, Paul Giamatti, Kate Mara
Durée du film : 02H10
Scénario : Jonathan English
Musique : Lorne Balfe
Photographie : David Eggby
Date de Sortie Française : 20 juillet 2011

 

Incoming search terms:

  • le sang des templiers
  • film peplum
  • david le sang des templiers
  • templiers
  • comment finissent les chefs des templiers
  • Comment finissent les chefs des Templiers ?
  • images des templiers
  • ironclad le sang des templiers
  • le sang des templiers-personnages

1 Comment

  1. (Bon au moins en passant par ici je réapprends mes tables de soustraction)
    ö bon sang ! Enfer et crevures décharnées ! Qu’est-ce que j’avais ri mais ri ! au secours !
    Le Purefoy qui jouait sa pucelle effarouchée avec l’autre frustrée non mais ah ah ah
    Par contre, s’il m’en souvient bien, outre les sentences templières du genre un templier n’enlève jamais sa culotte en présence d’une dame, ça charclait pas mal sur les remparts.
    J’avais même écrit des conneries sur le sujet et puis je n’ai jamais posté. On ne tire pas sur les ambulances. Si ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What is 15 + 15 ?
Please leave these two fields as-is:
IMPORTANT! To be able to proceed, you need to solve the following simple math (so we know that you are a human) :-)